Portes ouvertes à Couvin - La station de traitement du Ry de Rome dévoilée

12.09.2017
 

La visite de la station de potabilisation du Ry de Rome à Petigny (Couvin) faisait partie du programme des Journées du Patrimoine, ces 9 et 10 septembre. L’occasion rêvée, pour la SWDE, de revenir sur les événements de l’été 2016. Et de rassurer. 

Certainement attirées par le mystère qui entoure les bâtiments rarement ouverts au grand public, plus de 150 personnes ont répondu à l’invitation de la SWDE. Elles étaient à la fois intéressées de découvrir le processus de "potabilisation" des eaux brutes du barrage, mais aussi, pour la plupart, curieuses d’entendre comment l’eau avait pu, pendant plusieurs jours, virer au jaune-brun dans les robinets des habitants de la région. C’était il y a un peu plus d’un an…

La coloration anormale de l’eau était due à un excès de fer à la sortie de la station. Mais, comment est-ce arrivé ? Il s’agit, en fait, d’une conjonction de deux événements qui ont entraîné un mauvais fonctionnement du processus de floculation :

  1. une variation inhabituelle du pH des eaux brutes du barrage
  2. un défaut de paramétrage dans un capteur du bassin de décantation.

En début de traitement des eaux du barrage, l’étape de coagulation/floculation (voir schéma) nécessite l’ajout de chlorure de fer. Ce composé chimique permet d’agglomérer toutes les impuretés et matières en suspension en flocons (ou flocs ). Les flocs sont ensuite évacués sous forme de boues. Bien évidement soustraites du processus de potabilisation, elles sont valorisées dans l’agriculture. Dans l’épisode couvinois de 2016, le chlorure de fer n’avait pas été entièrement été consommé durant l’opération de floculation. Il avait poursuivi sa route jusqu’à la sortie de la station. D’où l’eau d’aspect brunâtre retrouvée jusqu’au robinet des ménages !

Les mesures prises

Les équipes de la SWDE ont profité de ces portes ouvertes pour répéter que la santé des consommateurs n’avait jamais été menacée, malgré l’aspect peu ragoutant de l’eau alors fournie. Elles ont détaillé l’ensemble des mesures prises pour que cet incident ne se répète plus dont :

  • le renforcement des performances de l’étape de filtrage pour réaliser une deuxième barrière contrant les éventuels résidus en provenance des bassins de décantation
  • le placement d’un colorimètre en sortie de station.