Les projets pour sécuriser l’approvisionnement en eau des Wallons

16.02.2017
 

A l’occasion du Salon des Mandataires, la SWDE dévoile ses projets d’investissements pour une meilleure interconnexion des réseaux de distribution.

L’eau : une richesse mal répartie 

Les derniers mois l’ont hélas démontré : certaines zones de la Wallonie ne sont pas à l’abri d’un manque d’eau. Un semestre de déficit de pluviosité aura suffi pour contraindre plusieurs communes à rationner la consommation d’eau. La nécessité de développer des sources alternatives d’approvisionnement, ne fût-ce que pour sécuriser la consommation actuelle, répond à l’urgence climatique. Elle n’est jamais apparue aussi criante.  Cela passe par une meilleure interconnexion des réseaux.

Accompagner le développement régional

Non seulement il faut réfléchir aux difficultés actuelles, mais il faut aussi tenir compte de l’avenir !

En se basant sur les chiffres de croissance de la population et de l’activité économique, on peut estimer qu’il faudra augmenter de 15% les volumes d’eau captés et distribués en Wallonie dans les 30 prochaines années.

La production d’eau en Wallonie s’effectue encore à partir de 621 sites de captages. Des centaines d’entre eux ne dépassent pas une production annuelle de 100.000 m³ par an (trois fois moins que le seuil de rentabilité établi par l’Europe).  Inutile de dire qu’ils ne seront pas en mesure d’assumer une croissance de la demande.

Sécuriser la distribution

Le schéma régional des ressources en eau prévoit, par ailleurs, une autre contrainte. Tout réseau de distribution devra pouvoir fournir un volume de 30% supérieur à la normale, de manière à sécuriser l’approvisionnement. C’est-à-dire permettre la continuité de la distribution, même en cas d’incident. Cette contrainte rendra certaines sources actuelles d’approvisionnement insuffisantes.

Pas d’impact sur le prix de l’eau

Grâce à un subside de 40 millions € de la Wallonie et aux prêts avantageux octroyés par la Banque européenne d’investissement, la SWDE pourra financer ces différents projets sur ses fonds propres, en respectant sa trajectoire budgétaire actuelle. Ces chantiers n’auront donc pas d’impact sur le prix du m³. Ils permettront par contre d’améliorer et de pérenniser le service, tout en maîtrisant la facture du consommateur.

 

 

Un enjeu régional

Les réserves d’eau potentielles pour assumer une croissance de la production d’eau et garantir la sécurisation des réseaux de distribution ne sont pas réparties sur l’ensemble du territoire. Ce sont les barrages de l’Est, le complexe de Nisramont, les captages de la CILE, les captages de Vivaqua (Modave, Tailfer), le triangle Mons-Jurbise-Écaussinnes, Florennes et le complexe de la Transhennuyère près de Tournai.  La disponibilité de ces ressources pour l’ensemble implique une concertation entre opérateurs, voire même entre Régions. L’enjeu dépasse en tout cas les frontières strictement locales dans lesquelles les politiques de l’eau sont encore trop souvent confinées.

La liste des projets de la SWDE

  1. Sécurisation de La Louvière par les eaux de la carrière d’Écaussinnes
  2. Sécurisation de Charleroi par interconnexion avec le réseau de Vivaqua
  3. Sécurisation de la Famenne-Ardenne par le captage du Néblon (en partenariat avec la CILE)
  4. Alimentation de Charleroi et Walcourt par les eaux de la carrière Berthe à Florennes
  5. Autoroute de l’eau (Grâce-Hollogne – Wellin). Sécurisation de 82.000 raccordements, grâce notamment à la nouvelle chambre de mélange des eaux CILE-SWDE à Hollogne (mélange des eaux des galeries de Hesbaye avec les eaux des barrages l’Est).
    • Tronçon 1 : sécurisation de la zone de Waremme
    • Tronçon 2 : sécurisation des communes allant de Grâce-Hollogne à Andenne
    • Tronçon 3 : sécurisation des communes au sud de la Meuse, de Andenne à Wellin
  6. Sécurisation du Borinage et de la Wallonie Picarde par une interconnexion entre la Transhennuyère et le captage de Vivaqua à Havré
  7. Sécurisation de l’Est du Brabant wallon et de Gembloux
  8. Sécurisation de Stavelot et de Vielsalm par le barrage de la Gileppe