La SWDE signe un nouveau contrat de gestion avec la Région wallonne pour la période 2018-2022

06.12.2017
 

Comme Organisme d'Intérêt Public, la SWDE bénéficie d'une autonomie de gestion.  Elle est  tenue d'exécuter les missions de service public que lui confie la Région wallonne, qui elle même s'engage à créer les conditions pour que l'entreprise puisse rencontrer ses objectifs. Les détails de cet accord figurent dans un contrat de gestion de la SWDE, renouvelé tous les 5 ans.  Le contrat de gestion 2018-2022 a été signé ce mardi 5 décembre par le Ministre Carlo Di Antonio,  Aurore Tourneur, Présidente du Conseil d'Administration de la SWDE et Eric Van Sevenant, Président du Comité de Direction.

Il ne suffit pas de dire que la SWDE a pour mission de capter, potabiliser et distribuer l'eau au robinet.  Encore faut-il préciser dans quelles conditions ce service doit être rendu. En matière d'eau, la Wallonie est confrontée à plusieurs défis : le renouvellement d'infrastructures anciennes, la sécurité d'approvisionnement sur l'ensemble du territoire (les récents épisodes de sécheresse ont montré les difficultés en la matière) , la protection des ressources et le maintien d'un prix de l'eau compatible avec l'évolution du pouvoir d'achat des ménages wallons. La SWDE est appelée à les rencontrer.

Des objectifs clairs

Le contrat de gestion 2018-2022, fixe 6 objectifs à la SWDE :

  • Maîtriser le prix de l'eau
  • Sécuriser l'approvisionnement
  • Garantir la qualité de l'eau
  • Offrir un service optimal au client
  • Contribuer au développement durable
  • Renforcer la gouvernance de l'eau (contribuer à la simplification des structures décisionnelles du secteur)

Concrètement cela signifie que la SWDE poursuivra par exemple ses efforts de gestion en vue de maîtriser ses coûts d'exploitation et de préserver une capacité d'investissement de 100 millions € par an dans le renouvellement et la modernisation des infrastructures tout en contrôlant le prix de l'eau. La SWDE poursuivra la mise en oeuvre de l'interconnexion des réseaux avec les grandes capacités de production. La SWDE mettra en place un panel citoyen pour mieux évaluer les attentes des consommateurs et élargira les points de contact électroniques disponibles pour ses clients. La SWDE poursuivra sa stratégie de réduction de ses coûts énergétiques et de son empreinte carbone qui lui vaut désormais d'être certifiée ISO14001, etc...

Des indicateurs de performances

La Région et la SWDE se sont également mis d'accord sur les moyens de vérifier que ces objectifs sont bien atteints ou en passe de l'être. La capacité de la SWDE à remplir ses missions est évaluée au-travers de 14 indicateurs chiffrés. En voici les principaux :

  • Facture : le montant de la facture d'eau annuelle ne peut pas dépasser 0.7% du revenu moyen des ménages wallons.  Résultat 2016 : 0.61%
  • Taux de plainte des clients : le nombre de plaintes ne peut pas dépasser 0,7% du nombre de compteurs. Résultat 2016 : nb plaintes/1.000 compteurs = 0.31.  Largement mieux que la moyenne des opérateurs européens.
  • Taux de fuites : l'Indice Linéaire de Volumes Non Enregistrés (ILVNE) doit être au maximum de 4,4 m³ par kilomètre de conduite par jour. Résultat 2016 : 5,16 m³/km/j (en progrès)
  • Evolution des coûts d'exploitation : l'augmentation annuelle des coûts de la SWDE ne peut pas dépasser l'inflation + 0,5%.  Résultat 2016 : 0,61% (malgré une inflation de 2%)
  • Taux de qualité : le taux de conformité des échantillons prélevés (30.000 par an) doit être au moins de 99%. Résultat 2016: 99,60%
  • Charte de réfection : le taux de voiries remises dans leur état initial après intervention sur le réseau dans un délai maximum de 8 jours doit être d'au moins 90%

Ces résultats sont présentés annuellement à la Région wallonne.

Les engagements de la Région

La SWDE se réjouit que ce nouveau contrat de gestion consacre le principe que des décisions extérieures à l'entreprise puissent peser sur ses coûts d'exploitation et, par conséquent, sur le prix de l'eau.  En conséquence, la Région soutiendra les efforts de la SWDE au-travers de plusieurs engagements.  Quelques exemples :

  • Consulter la SWDE préalablement à toute modification décrétale ou réglementaire susceptible de l'affecter. 
  • Maintenir un cadre légal adéquat pour assurer le recouvrement des factures impayées en permettant de poursuivre les mauvais payeurs et d'aider les personnes en difficulté. Les montants impayés viennent en effet s'ajouter aux coûts de la SWDE et influencent donc le prix de l'eau.
  • Améliorer l’articulation entre les politiques de l’eau et de l’aménagement du territoire. En donnant la priorité  à la dynamisation des coeurs des villes et des villages et à la rénovation des quartiers existants, la Région contribue à limiter l'éparpillement et l'étalement des surfaces urbanisées qui augmentent la longueur des réseaux de distribution d'eau et réduit leur rentabilité.
  • Le futur schéma de développement du territoire intégrera le schéma régional des ressources en eau sur lequel reposent les investissements de la SWDE dans les 8 prochaines années.