La SWDE récupère 4 millions de m³ par an en luttant plus efficacement contre les fuites

13.07.2018
 

La SWDE produit chaque année 160 millions de m³ d'eau potable. 40 millions ne sont pas enregistrés, dont +/- 25 millions de m³ sont dus à des fuites sur les 36.000 km de conduites de la SWDE. La stratégie mise en place pour lutter plus efficacement contre les fuite est déployée complètement depuis 1 an.

Des résultats tangibles

Grâce à ces investissements et à la réorganisation de ses effectifs, la SWDE a déjà réduit en 2 ans ses pertes d'eau à hauteur de 4 millions de m³ par an. Un rendement de 75% qui situe la SWDE au-delà de la moyenne européenne (70%). L'objectif final à atteindre : minimum 8 millions de m³. La lutte contre les fuites fait partie des axes stratégiques déployés par la SWDE pour réduire ses coûts d'exploitation afin de maintenir la facture d'eau à un niveau raisonnable : 0.67% des dépenses annuelles moyennes des ménages wallons.

La fuite, l'ennemi invisible

Les réseaux de distribution d'eau sont enterrés. Les raisons pour lequelles des fuites apparaissent sur un réseau de distribution sont multiples :

  • Mouvements de sol selon les conditions climatiques
  • Vibrations du charroi et des chantiers
  • Accidents
  • Etc...

Ces incidents sont fréquents et 90% des fuites sur les canalisations restent invisibles, sauf si elles laissent échapper de très gros volumes d'eau. Tout l'enjeu consiste donc à détecter les fuites le plus rapidement possible, avant qu'elles n'aient le temps de faire des dégâts aux infrastructures et au voisinage.

Mais aussi, afin de limiter les volumes perdus. Ces pertes représentent un coût pour la SWDE, car la production d'eau potable (captage et traitement avant transfert vers les chateaux d'eau) représente environ 30 cents par m³. 

Du constat à la réparation, une course contre la montre

Le réseau de la SWDE est subsivisé en 2500 cellules qui représentent entre 15 et 50 km de conduites (selon la densité de raccordements). Chaque cellule possède un compteur d'entrée et un compteur de sortie.  En relevant ces compteurs il est donc possible de vérifier si il y a eu une perte d'eau ou pas. 

Auparavant, les relevés se faisaient manuellement.  Les informations remontaient en moyenne une fois par semaine.

Aujourd'hui, la SWDE a investit près de 7 millions € dans des technologies qui permettent une télérelève quotidienne des informations. Un appareil de mesure (datalogger) est associé aux compteurs d'une cellule. Il enregistre les données des compteurs tous les 1/4 d'heure et les transmet tous les jours. La SWDE est donc alertée beaucoup plus rapidement si une anomalie apparaît dans les consommations d'une des cellules de son réseau de distribution.

Des équipes spécialisées dans la recherche de fuite

L'identification d'une cellule n'indique pas encore l'endroit où se trouve la fuite. Déterminer l'endroit au mètre près, c'est le travail des équipes spécialisées. Comment?

  1. Des loggers de bruit (entre 50 et 100) sont placés sur tout les points d'entrée des conduites de la cellule concernée
  2. Ils enregistrent les bruits de l'écoulement d'eau durant la nuit. En cas de fuite le volume sonore est plus élevé et discontinu
  3. Les loggers de bruit sont relevés et scannés le lendemain. Ils permettent d'identifier les portions de réseau où une fuite pourrait se trouver
  4. Les données des loggers placés à ces endroits sont introduites dans un logiciel de corrélation qui restreint le périmètre d'investigations à quelques mètres
  5. Reste alors le travail du rechercheur de fuite qui, à l'oreille, trouvera l'endroit précis

Au total, ce sont 90 rechercheurs de fuites qui consacrent l'essentiel de leur temps à détecter les incidents sur base des informations fournies par la télérelève.