En raison de modifications informatiques, le site sera indisponible le 26/01 de 20h à 23 h. Nous vous remercions de votre compréhension.

De l’amiante dans nos canalisations ? Les scientifiques rassurent !

23.12.2021
 

Avec le PVC, l’acier, la fonte grise ou ductile, l’asbeste-ciment est un des matériaux qui compose nos conduites d’eau. L’asbeste est l’autre nom de l’amiante, dont la sinistre réputation n’est plus à faire … Mais rassurons de suite : contrairement à la respiration des poussières d’amiante, l’ingestion d’éventuelles fibres d’amiante dans l’eau ne présente pas de risque toxique. Preuves scientifiques à l’appui.

En 2017, l’Organisation Mondiale de la Santé publiait ses conclusions à ce sujet :

« Les fibres d’amiante présentes dans l’eau potable ne constituent pas une préoccupation sanitaire. » (OMS, Bureau régional pour l’Europe, Recommandations relatives au soutien à la révision de l’annexe I de la directive 98/83/CE du Conseil relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine (Directive sur l’eau potable)]», 2017.

C’est ce que confirme l’étude  publiée en novembre 2021 par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (l’ANSES).  Les scientifiques français n’ont trouvé aucun lien entre l’apparition d’une maladie de type cancéreux et le fait d’avoir avalé de l’amiante. C’est quand il est respiré que l’amiante est très nocif pour nos poumons et qu’il favorise l’apparition de différentes formes de cancer.

Lire le rapport de l’ANSES

11 % de nos conduites de distribution en asbeste-ciment

Depuis plus de 40 ans, la SWDE ne pose plus aucune canalisation en asbeste-ciment. Il n’en demeure pas moins que notre réseau de distribution compte encore un peu plus de 3.100 km de conduites contenant de l’ordre de 10-15% d’amiante.

Majoritairement posées dans des zones où l’eau est dure, le risque de « décrochage » de minuscules fibres d’amiante est limité grâce à la couche de dépôt de calcaire recouvrant l’intérieur des canalisations.

 

« La santé de nos consommateurs est au cœur de nos préoccupations quotidiennes. Nous mettons tout en œuvre pour leur fournir une eau répondant à des critères sanitaires stricts et donner une information transparente. » Isabelle Jeurissen, Membre du Comité de Direction de la SWDE

 

 

Faut-il remplacer les conduites en asbeste-ciment ?

Les analyses faites par la SWDE sont aussi rassurantes que les références internationales sur la présence éventuelle de fibres d’amiante dans l’eau. La SWDE est disposée à continuer la réflexion dans ce domaine avec les autorités et d’autres opérateurs, notamment au niveau wallon.

Compte tenu de leur caractère « inoffensif », le remplacement des canalisations en asbeste-ciment est progressif et non systématique. Le renouvellement de nos canalisations est principalement dicté par nos besoins prioritaires (conduite trop souvent sujette à des fuites ou à des casses, conduite « fragile » située en zone à forte densité de population, ou en zone industrielle, etc.). Nous consacrons 100 millions € par an à la modernisation de notre réseau.

Un suivi parlementaire :

Interpellée sur le sujet par la députée Sophie Pécriaux, ce 21 décembre 2021, Céline Tellier, Ministre wallonne de l’Environnement a rappelé que :

« Le 16 décembre 2020, le Parlement et le Conseil européen ont adopté l’importante directive 2020/2184 relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine. Alors qu’elle renforce fortement le niveau d’exigence en matière de contrôle de ses eaux, elle n’inclut l’amiante ni dans les paramètres impératifs ni dans la liste de vigilance. Pourtant, la refonte de cette directive eau potable tient compte de l'évolution des connaissances scientifiques et technologiques récentes dont les sérieux travaux menés par l'OMS. Cela nous incite donc à être rassurés »..

Lire la question parlementaire

Lire la directive européenne sur l'eau

La protection primordiale de nos travailleurs

Nos collègues qui sont amenés à effectuer des recoupes sur ces conduites sont  ceux dont la santé est la plus exposée, face au risque avéré de respiration de poussières d’amiante. Leur protection (notamment par des combinaisons de protection individuelle contre les dangers de l’amiante) fait l’objet de toutes les attentions Chaque année, la SWDE forme également pas moins de 400 personnes aux risques liés à la manipulation de matériaux en amiante. Et des contrôles réguliers ont lieu sur les chantiers.